Logo

Blogue

Faites connaissance avec Jennifer Gerdts, notre nouvelle directrice générale

Jennifer Gerdts

Merci de faire partie de notre communauté. Comme vous jouez un rôle déterminant au sein de l’équipe d’Allergies Alimentaires Canada, je tenais à prendre un moment pour me présenter en bonne et due forme. C’est pour moi un grand honneur de prendre le relais de ma prédécesseure, Laurie Harada, et de me joindre à l’équipe talentueuse et passionnée d’Allergies Alimentaires Canada à titre de directrice générale. En toute humilité, je dois avouer que jusqu’à il y a quelques années, je n’étais pas pleinement consciente des efforts déployés par cet organisme. Allergies Alimentaires Canada a aidé ma famille et plus de 2,6 millions de Canadiennes et de Canadiens à composer avec les allergies alimentaires.

Pourquoi donc, m’adressé-je aujourd’hui à vous en tant que nouvelle directrice générale?

Voici les grandes lignes de mon histoire : je suis la mère de trois adolescents, dont deux jumeaux atteints d’allergies alimentaires multiples. Notre famille comprend ce que représente, concrètement, la prise en charge des allergies alimentaires. À travers le regard de nos jumeaux, mon mari et moi avons pris conscience des difficultés auxquelles font face les personnes qui tentent de vivre en toute confiance avec des allergies alimentaires. Nous avons eu la chance que nos fils commencent leur éducation primaire l’année où la Loi de Sabrina a été adoptée. Ce nouveau règlement m’a servi de tremplin pour poser des questions à l’école que mes enfants fréquentaient et conscientiser le milieu à leurs besoins. À cette époque, j’étais reconnaissante de la mise en place de cette nouvelle loi, mais j’étais loin de me douter des trois années de travail acharné qu’Allergies Alimentaires Canada avait investi pour y arriver. En collaboration avec la famille de Sabrina et d’autres intervenants, Allergies Alimentaires Canada a contribué à la création de ce qui est de nos jours reconnu comme la première loi en son genre – une loi conçue pour protéger dans les milieux scolaires les élèves qui présentent un risque d’anaphylaxie. Je n’avais pas non plus saisi l’ampleur des mesures prises par cet organisme pour mettre au point et déployer des programmes et du matériel de formation à l’intention des écoles canadiennes en vue d’aider ces dernières à mieux comprendre les allergies alimentaires et leur prise en charge.

Quelques années plus tard, alors que mes enfants étaient un peu plus vieux et que j’avais un peu plus de temps pour redonner à la communauté, une amie m’a suggéré de me joindre au conseil d’administration d’Allergies Alimentaires Canada. À partir de 2014, j’ai siégé au conseil à titre d’administratrice bénévole. Cette expérience m’a permis d’apprécier à sa juste valeur l’impact que ce petit organisme sans but lucratif a eu dans le domaine des allergies alimentaires : soutenir les personnes nouvellement diagnostiquées, créer des programmes et des outils éducatifs validés par des professionnels de la santé (par exemple, le site connaitrelesallergies.ca), promouvoir l’amélioration de l’étiquetage des aliments et bien plus encore. Ensemble, mon expérience de première main avec les allergies alimentaires et ma compréhension du potentiel d’impact de l’organisme m’ont donné la motivation et l’énergie nécessaires pour assumer la direction d’Allergies Alimentaires Canada.

Entourée d’une équipe talentueuse, près d’un mois après mes débuts en poste, je vous présente un aperçu des actions à venir :

  • Continuer d’offrir du soutien aux personnes et aux familles qui tentent de composer avec les allergies alimentaires, au moment du diagnostic et à travers les différentes étapes de la vie. Vous fournir des renseignements, des outils éducatifs et des programmes validés par des professionnels de la santé pour vous appuyer tout au long de votre cheminement.
  • Promouvoir une expérience plus sécuritaire pour les personnes allergiques qui mangent à l’extérieur, en nous appuyant sur le concept des responsabilités partagées. Même si de nombreux restaurants s’efforcent d’offrir un environnement dans lequel des mesures sécuritaires sont prises relativement aux allergies, la mise en place d’une formation sur les allergies alimentaires obligatoire et universelle, et la mise en œuvre systématique de procédés qui permettent la gestion des allergènes alimentaires feraient une grande différence.
  • Soutenir les jeunes au moment de la transition vers la vie autonome. Étant donné que quatre jeunes adultes sur cinq poursuivent leurs études au-delà de l’école secondaire, les collèges et les universités représentent un milieu clé pour conscientiser les gens à la prise en charge des allergies alimentaires et encourager l’adoption de pratiques adéquates d’auto-prise en charge chez les jeunes.
  • Promouvoir l’amélioration des pratiques en lien avec l’étiquetage des aliments, notamment l’emploi de mentions de type « peut contenir ». Le manque de clarté associé à la définition de l’allégation « peut contenir » et aux situations dans lesquelles elle est employée doit être abordé. À première vue, cette question peut sembler simple, mais il s’agit d’un enjeu complexe qui touche plusieurs intervenants et qui nécessitera le déploiement d’efforts soutenus au cours des prochaines années. Vous pouvez compter sur nous; nous serons assis à la table et décrirons l’expérience vécue par les personnes aux prises avec des allergies alimentaires.
  • Faciliter la compréhension des études émergentes sur les allergies alimentaires et les traitements offerts. Les grands titres dans les médias tentent parfois d’attirer l’attention du public en vantant les mérites d’une nouvelle percée ou d’un soi-disant remède. Or, bien que nous soutenions sans réserve la recherche sur les allergies alimentaires, nous savons que les études demandent du temps. Nous croyons également qu’il est essentiel d’être transparent et de veiller à ce que les attentes par rapport à ce qui est possible ou non demeurent réalistes. Nous sommes déterminés à travailler en votre nom, en collaboration avec des experts scientifiques et médicaux, afin d’améliorer la compréhension de ces résultats et des répercussions qu’ils pourraient avoir sur votre qualité de vie.

En terminant, j’aimerais revenir à mon analogie de « prise de relais ». Ma famille et, plus particulièrement, mes fils sont profondément reconnaissants envers ma prédécesseure Laurie Harada et ses 14 ans d’efforts et de passion qui ont changé la façon dont les gens vivent désormais avec des allergies alimentaires au Canada. Je prends le relais, en sachant que la course n’est pas terminée, pleine d’humilité devant les réalisations du passé et animée par la possibilité de faire une différence pour les générations à venir. Je suis impatiente à l’idée de poursuivre dans cette voie avec vous.

Cordialement,

Jennifer Gerdts
Directrice générale, Allergies Alimentaires Canada