Logo

Enjeux de sécurité

Étiquetage des aliments

Comprendre l’étiquetage des aliments

Lire les étiquettes sur les produits alimentaires compte parmi les mesures les plus importantes que vous pouvez prendre – prenez l’habitude de vérifier soigneusement la liste des ingrédients. La lecture des étiquettes alimentaires contribuera à prévenir les réactions à vos allergènes.

Conseils sur la lecture des étiquettes

  • Lisez l’étiquette chaque fois que vous achetez un produit. Les fabricants peuvent changer leur processus de production et modifier leurs produits en tout temps.
  • Effectuez une triple vérification. Lisez les étiquettes :
    • Une fois au magasin avant d’acheter le produit.
    • Une fois à la maison au moment de ranger le produit.
    • De nouveau avant de servir ou de manger le produit.
  • Si vous vous posez des questions quant à la présence d’un allergène dans un produit, communiquez avec le fabricant avant d’acheter le produit.

Normes d’étiquetage de Santé Canada

Santé Canada exige que les fabricants d’aliments étiquettent clairement les produits qui contiennent l’un des allergènes prioritaires établis par le gouvernement : les arachides, les noix, le soya, le blé, les œufs, le lait, les produits de la mer (les mollusques, le poisson et les crustacés), les graines de sésame, les sulfites et la moutarde. Tous les allergènes prioritaires doivent figurer sur la liste d’ingrédients des aliments pré-emballés, qu’ils soient produits au Canada ou ailleurs.

Depuis 2012, de nouveaux règlements facilitent la lecture des étiquettes. Cela signifie que la présence de n’importe lequel des allergènes prioritaires du gouvernement doit être clairement indiquée sur le produit. Par exemple, sur les étiquettes, les fabricants doivent désormais écrire « lait » plutôt que « caséine ».

En outre, le Canada encourage (mais n’oblige pas) les fabricants à utiliser des mises en garde telles que « peut contenir ». Ces mises en garde sont employées volontairement par certaines entreprises sur les étiquettes d’aliments pré-emballés dans les cas où il se pourrait qu’un produit contienne accidentellement des allergènes en raison d’une contamination croisée avec d’autres produits. La mention préventive « peut contenir » n’est pas obligatoire et elle est ajoutée par l’entreprise alimentaire elle-même; toutefois, si elles sont utilisées, la loi exige que ces mises en garde soient véridiques et non trompeuses. Si vous vous interrogez quant à la présence de traces d’un allergène dans un produit, appelez le fabricant pour obtenir plus d’information.

Si vous voyagez à l’extérieur du Canada, n’oubliez pas que les exigences en matière d’étiquetage diffèrent d’un pays à l’autre.

Contamination croisée

Une contamination croisée peut survenir lorsqu’une petite quantité d’un allergène alimentaire est introduite par mégarde dans un autre aliment. On peut également parler de contamination croisée dans les cas où un allergène alimentaire est présent dans la salive, sur une surface ou sur un objet. Cette petite quantité d’un allergène pourrait provoquer une réaction allergique.

Dans le contexte de la transformation des aliments, une contamination croisée peut se produire au moment de la production. Elle peut survenir dans une installation partagée, par l’entremise de chaînes de production partagées ou encore, être transmise par des fournisseurs. Puisque la mise en garde « peut contenir » est volontaire au Canada, les fabricants ne sont pas obligés d’indiquer sur l’étiquette la contamination croisée éventuelle d’un produit avec un allergène.

Si vous avez des doutes à propos d’un produit, communiquez avec le fabricant pour discuter de la possibilité d’une contamination croisée.

Pour signaler un produit à l’Agence canadienne d’inspection des aliments, visitez la page intitulée « Comment signaler une réaction ».